Politique des contrats pour les Titulaires

L’actuelle politique des contrats, qui prévoit l’octroi de contrats de durée limitée (LD) d’une durée maximum de cinq ans, a été mise en œuvre en 2009, avant que le LHC devienne pleinement opérationnel.

En 2014, après cinq ans d’expérience de recrutement dans ce cadre et un cycle complet d’exploitation du LHC y compris un arrêt technique, l’Organisation a entrepris un examen global de cette politique.

Cette étude a abouti à la conclusion qu’il était possible d’améliorer cette politique, en apportant davantage de flexibilité, en particulier dans les domaines suivants :

  1. Temps de formation : Dans de nombreux secteurs-clés du CERN, la période de formation initiale représente un investissement considérable tant pour l’Organisation que pour la personne concernée. Prolonger les contrats de durée limitée permettrait d'accroître le retour sur investissement lorsqu'un temps de formation conséquent est nécessaire.
  2. Flexibilité : La politique actuelle prévoit une durée uniforme de cinq ans. Or, sachant que la durée du cycle de la machine LHC est également de cinq ans, cette durée de contrat n’est pas idéale pour optimiser les transferts de compétences, par exemple entre les arrêts techniques LS1 et LS2. Par ailleurs, alors que certains postes soumis à rotation se prêtent mieux à des durées de contrat plus courtes, d’autres postes, pour lesquels le transfert de connaissances couvre une plus longue période, nécessitent des durées plus longues.
  3. Meilleure attractivité : Le manque de perspectives de carrière a été un motif non négligeable de refus d'offres d'emploi au CERN.  Proposer des contrats plus longs est donc susceptible d’accroître l'attractivité du CERN en tant qu'employeur, en particulier pour les candidats expérimentés au milieu de leur carrière.
  4. Pérenniser les compétences: La composition démographique de l’Organisation ainsi que l’engagement pris à l’égard du Conseil de maintenir le nombre de contrats de durée indéterminée en-deçà d’un certain seuil pourraient conduire à une forte réduction du nombre de contrats de durée indéterminée que l’Organisation serait en mesure de proposer. La possibilité de proposer des contrats LD d’une durée totale plus longue permettrait à terme à l’Organisation d’atteindre un taux de rétention plus élevé, tout particulièrement dans les domaines de spécialité où des difficultés de recrutement sont constatées, et ce sans dépasser le plafond de contrats de durée indéterminée.   
  5. Gain d’efficacité : Chaque recrutement au titre d’un contrat LD engendre des frais fixes, incluant non seulement les frais de recrutement, mais également les indemnités d’installation et de fin de contrat. La possibilité de prolonger les contrats de durée limitée améliorerait donc le rapport coût-efficacité.

Par conséquent, à compter du 31 mars 2015, la nouvelle politique des contrats apportera une plus grande flexibilité en permettant la prolongation des contrats LD jusqu’à une durée totale maximale de huit ans, tout en continuant à proposer des contrats LD initiaux d’une durée maximum de cinq ans.

Toutefois, les contrats ne seront pas prolongés de façon automatique et, compte tenu des contraintes actuelles de planification des effectifs, un nombre limité de contrats devrait être prolongé cette année.  

Les contrats de durée indéterminée continueront, quant à eux, à être octroyés à l’issue d’un processus compétitif. 

Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur la nouvelle politique des contrats en consultant l’Admin e-guide ou en contactant votre conseiller en ressources humaines.

Procédures liées sur l'Admin e-guide (restreint)

Updated on: 26/03/2015